Signification soudage MIG MAG

La soudure à l’arc sous protection gazeuse est couramment appelé soudage MIG/MAG ou bien GMAW pour Gas Metal Arc Welding. 

MIG est l’acronyme de « Metal Inert Gas » et MAG signifie « Metal Active Gas ». La principale nuance entre ces deux procédés se justifie par une utilisation différente de gaz.

Le mode de soudage MIG/MAG est le plus répandue à travers le monde dans l’activité de soudure. Cette utilisation massive s’illustre du fait de son utilisation de manière manuelle, automatique et robotisée dans divers secteurs d’activités.

fonctionnement du soudage MIG/MAG

Source : www.easyweldfrance.com

Principe du soudage MIG/MAG

Le procédé de soudure à l’arc s’effectue par la montée en température du point de fusion à l’aide d’un arc électrique créé par un générateur.

A l’inverse du soudage TIG, un matériel d’apport est nécessaire pour la pratique du soudage MIG/MAG puisqu’il amorce l’arc électrique entre le fil électrode et la pièce à souder. Le fil électrode exerce le rôle de matériel d’apport dès qu’il est en état de fusion. Cet état permet d’assembler les pièces à souder avec le métal d’apport garantissant la qualité et la robustesse du cordon de soudure.

Du fait de son rôle, le fil électrode doit être fourni en continue et à une vitesse constante pour garantir la présence de l’arc électrique. Pour un apport en continue dans la buse, le fil est dévidé d’une bobine ou d’un fût à l’aide d’un dévidoir.

Tout comme le soudage TIG, l’arc électrique d’une soudure MIG/MAG doit être protégé à l’aide de gaz pour éviter toute oxydation du cordon de soudure créé par l’arc électrique et le bain de fusion. Ce gaz circule à travers la buse pour ainsi chasser immédiatement l’oxygène réactif de l’environnement.

Comme détaillé avec les acronymes ci-dessus, le gaz est soit inerte soit actif selon le procédé. 

Pour le soudage MIG, l’utilisation de gaz de protection inerte ou non réactif est primordiale. Dans ce cas, l’argon pur ou un mélange d’argon et d’hélium est conseillé pour garantir la qualité des soudures.

Alors que pour le soudage MAG, un gaz de protection actif est nécessaire. Celui-ci est un mélange de CO² ou de O² en petite quantité avec une base principale d’argon.

Outre cette différence d’utilisation de gaz entre ces deux procédés, la matière à souder est aussi un critère de sélection. Pour l’acier et l’acier inoxydable, on privilégiera la soudure MAG car l’infime partie de CO² ou O² favorise la stabilité de l’arc électrique donc la soudure pour ce matériau.

Alors que le soudage MIG convient parfaitement aux matériaux dits non-ferreux tels que l’aluminium, le titane, le cuivre ou bien encore le magnésium.

Différents modes de transfert

Il existe différents types d’arc électriques correspondants aux modes de transferts du métal (fil électrode) au bain de fusion. Chaque forme de transfert dépend principalement de l’intensité délivrée par le générateur, il en existe 4 principaux :

Soudure par arc court :

Avec une faible intensité et tension émise, l’arc court entraîne une bonne précision de la soudure et permet le soudage dans toutes les positions. Néanmoins, ce procédé créé des projections de soudure nécessitant un nettoyage. 

Soudure par pulvérisation axiale :

L’arc à pulvérisation axiale étant énergivore, il est principalement utilisé sur des pièces de 5mm minimum afin de garantir un dépôt matière important et une pénétration profonde de la soudure.

Soudure par transfert globulaire :

Ce procédé alterne entre la soudure par arc court et par pulvérisation à intervalles irrégulières. C’est pourquoi, le résultat de la soudure n’est pas satisfaisant avec des projections importantes.

Soudure par arc pulsé :

Le contrôle des impulsions créées par le générateur permet une stabilité de l’arc électrique favorisant la qualité de la soudure et les projections émises.

Soudeur exerçant le soudage MIG/MAG sur une pièce métallique

Le soudage MIG/MAG : avantages et inconvénients

Les avantages du soudage MIG/MAG :

  • Taux de dépôt de métal élevé
  • Faible coût des matériaux d’apports
  • Bon rendement (vitesse de soudage élevée)
  • Facilité d’amorcer l’arc électrique
  • Convient au soudage mécanisé et robotisé

Les inconvénients du soudage MIG/MAG :

  • Risque important de projections
  • Difficulté en plein air
  • Sensible à la rouille et à l’humidité

Sur ce même sujet, vous aimeriez aussi : https://www.idra-france.com/la-soudure-tig/